• Chapitre 11

      En arrivant devant le militairium, j’embrasse ma mère et me précipite vers le hall. Je monte ma valise au dortoir et redescends à toute vitesse, enthousiaste à l’idée de revoir mes amis. Je ne m’étais pas rendu compte à quel point ils me manquaient.

    -Amy !

    Je n’ai pas le temps de me retourner… Quelqu’un me fonce dessus et me serre dans ses bras.

    -Christina ?

    -Bien sûr ! Qui veux-tu que ce soit ? Une tarée qui court en criant ton nom, ça ne peut être qu’elle !

    Je reconnais la voix moqueuse de June. Christina me lâche enfin et se retourne vers elle, l’air contrarié. Jo éclate de rire et me serre dans ses bras à son tour.

    -Alors ces deux semaines de vacances ? lance-t-il en s’écartant

    -Ennui…

    June, Christina et moi nous dévisageons.

    -Ça, c’était synchro ! s’exclame Jo d’une voix joyeuse. Moi, j’ai fais du sport pour passer le temps…

    -Je ne sais pas pour vous, mais moi, j’ai hâte de reprendre les cours de tir ! annonce Christina. D’ailleurs je propose que nous y allions, c’est bientôt l’heure !

    ***

      Jeck nous attend de pied ferme. A peine arrivés, nous nous retrouvons avec des mitraillettes dans les mains.

    -J’espère que vos vacances se sont bien passées, mais à présent, il est temps de se remettre au travail ! lance-t-il avec énergie. Je compte sur vous ! Faites-moi des tirs parfaits !

    Aussitôt, chacun se poste devant une cible et fait feu.

      Je crois que nous sommes tous aussi heureux de reprendre le cours de l’année. Cette vie pleine d’activité nous avait tous manqués.

    Chapitre 11

    Chapitre 11

    ***

      Epuisés à la fin de cette journée, nous montons nous coucher afin de reprendre des forces pour le lendemain et, de toute façon, le couvre feu nous empêche de traîner plus longtemps.

    ***

    -Il y a quelque chose d’étrange qui se passe ! assure Christina un midi

    -Je suis d’accord ! approuve June

    -Euh… Ah oui ? Et pourquoi ? demande Jo, visiblement aussi perdu que moi

    -Vous n’avez pas remarqué que depuis la dernière rentrée, à savoir il y a un mois et demi, les entraînements et les instructeurs ont changé ?! s’exclame June

    -Si ! On travaille plus dur que jamais, Jeck et les autres sont de plus en plus exigeants et nous avançons beaucoup plus vite dans le programme que ce qu’on nous a annoncé au début de l’année… ajoute Christina

    -Oui, c’est vrai… dis-je. Nous ne sommes qu’au deuxième trimestre et nous sommes à bien plus de la moitié du programme.

    -Et alors ? demande Jo, perplexe

    June lui lance un regard surpris, comme si la réponse était évidente.

    -Jo ! s’exclame Christina. A ton avis ? On ne va pas se prélasser sous les UV pendant tout le troisième trimestre ! Pourtant, les cours seront visiblement finis avant !

    -Bin, ce sera les examens !

    -Pendant plus de trois mois ? Normalement, cela dure une semaine environ… je remarque

    -Oui, Amy a raison et moi je dis qu’il se trame quelue chose ! approuve Christina

    -Si vous le dites… répond Jo avec un soupir en prenant sa fourchette. Mais dans ce cas, dites-moi quoi.

    -Bin…

    Elle nous lance un regard en coin comme si elle cherchait notre aide, à June et moi.

    -Biiin… Je sais pas, avoue-t-elle.

    -Peut-être que… Que…

    Mais je n’arrive pas à finir ma phrase.

      Jo lève les yeux au ciel et s’en va rejoindre Mayson, avec qui il avait prévu de traîner au bord du lac, en nous traitant de paranos. Je crois qu’ils ont prévus de s’entraîner à la lutte.

    -Bon… Je crois qu’il nous prend pour des folles… annonce Christina

    -On s’en fiche ! Nous découvrirons ce qui se passe sans lui ! s’exclame June

      J’avoue que je ne suis pas totalement convaincue mais d’un autre côté, il est vrai que les changements d’organisation sont évidents… Peut-être a-t-elle raison ?

      Nous quittons la table à notre tour.

    ***

      Je crois que Jo avait raison… Nous sommes paranoïaques ! Voilà une semaine que June, Christina et moi menons notre « enquête ». Nous écoutons les conversations, tentons de regarder les plans d’attaque récents, posons des questions « innocentes » mais nous ne trouvons rien… D’un autre côté, ici c’est le militairium… Et les militaires ne sont pas du genre à laisser traîner des informations comme ça ! Mais en attendant, nous ne trouvons rien d’anormal.

      Christina et moi commencions à baisser les bras mais June est arrivée dans le dortoir, il y a environ une demi-heure et nous a donné rendez-vous derrière la cafétéria à dix-neuf heures, sachant qu’à cette heure, tout le monde irait manger.

    -Qu’est-ce qu’elle a bien pu découvrir ? demande Christina tandis que nous nous rendons au lieu de rendez-vous

    -Je ne sais pas… C’est peut-être en rapport avec…

    -Avec ?

    -Bah… Le fameux truc mystérieux.

    -Ah… Ne t’inquiète pas, je vois ce que tu veux dire.

      Je souris et tourne à l’angle du couloir pour sortir du bâtiment.

    -Vous êtes en retard ! s’exclame June

    -Mon dieu, oui, il est dix-neuf heures une ! C’est vrai que c’est terrible ! s’exclame Christina en levant les yeux au ciel

      June nous fait signe de nous assoir sur le bitume à côté d’elle. Elle est tellement excitée et impatiente qu’elle ne prend même pas la peine de répondre à Christina. Incapable de tenir en place, elle se lève d’un bond et chuchote à toute vitesse :

    -Figurez-vous que je suis un génie !

    Chapitre 11

      Christina et moi nous regardons. Nous n’avons jamais vu notre amie dans cet état. Cette attitude ne lui ressemble pas du tout.

    -Vous ne demandez pas pourquoi ? s’exclame-t-elle, un peu vexée

    -Heu… Pourquoi donc ? je demande

    -TADAM !

    Mon dieu, qu’est-ce qui lui arrive encore ?

      Elle tire de sa poche un morceau de papier plié, un peu chiffonné et nous le lance. Christina l’attrape et le déplie du bout des doigts, vaguement dégoutée.

    -Fais pas la chochotte ! s’exclame June. Il a juste été dans ma poche !

    Christina soupire, jette un coup d’œil au papier… Et reste pétrifiée. Livide elle me tend le papier et se tourne vers June.

    -Je t’en supplie… Ne me dis pas que c’est ce que je crois… fait-elle d’un ton implorant

      Je regarde la feuille chiffonnée et reste bouche bée. Entre mes mains se trouve un plan… Un plan militaire… Un plan de bataille. Et il est récent, la date de sa création figure au bas du papier.

      June semble flattée par nos réactions.

    -Et si ! J’ai osé !

    Christina déglutit avec difficulté.

    -Bon, alors voilà ! Je suis allée voir Shaya dans la logithèque afin de lui poser quelques questions. Bien sûre, j’entre sans frapper et là, je la vois cacher prestement quelque chose dans un tiroir !

    -Oh non… murmure Christina à côté de moi

    -Evidemment, j’ai été intriguée ! continue June, comme si de rien n’était. Je lui ai dis que je cherchais un ancien plan afin de l’étudier pour m’améliorer. Pendant qu’elle allait à la réserve m’en chercher un, j’ai pris la carte qu’elle avait cachée dans le bureau. Elle m’en a rapporté une autre, genre, bien vieille. Je lui ai dit que j’allais la photocopier et que je la lui ramènerai après… J’ai photocopié la carte volée. Je lui ai ensuite ramené la carte qu’elle m’avait prêtée, elle m’a regardée bizarrement. Je crois qu’elle me soupçonnait…

    -Non, sans blague ! Pile quand tu viens, la carte disparaît ! s’exclame Christina, à moitié énervée

    -Mouais…  Bah pendant qu’elle allait ranger l’autre, j’ai vite mis la carte par terre, sous le bureau, pour faire comme si elle était tombée et j’ai filé avant que Shaya ne revienne et ne me demande ce que je faisais encore là.

    -C’est une blague ? Elle avait mis la carte dans un tiroir mais comment tu veux qu’elle tombe par terre ?! s’écrie Christina. Tu vas te faire exclure, tu auras un procès pour espionnage de plans militaire, si ça se trouve on sera accusées de complicité et…

    -STOP ! On se calme ! dis-je brusquement, coupant Christina. Il ne va rien arriver à personne, d’accord ?

    -Enfin un peu d’optimisme ! râle June. Bon, regardez au moins la carte ! Je n’ai pas pris ce risque inutilement !

      Je baisse les yeux sur la feuille que je tiens toujours et examine le plan avec attention. L’espace dessiné semble surdimensionné, un tunnel n’est pas aussi grand.

    -Ce n’est pas pour les guerres de tunnels, n’est-ce pas ?

    June acquiesce, les yeux brillants d’excitation.

    -Hein ? s’exclame Christina en se redressant. Mais il n’y a que là-bas qu’ont lieu les guerres ! (Elle jette un œil à la carte.) De toute façon, un si grand espace n’existe pas. Tous les grands territoires sont des villes et, même parmi les plus grandes, il n’en existe pas de cette taille.

    -Justement… répond June sur un ton énigmatique. Allons manger, maintenant. Si on attend encore, on va louper la fin du service.

     

      Elle fourre le papier dans sa poche et se dirige vers la porte par laquelle nous sommes sorties. Christina se lève avec un soupir et, toutes deux, nous la suivons.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :