• Chapitre 16

      Un grand silence s’installe dans la salle. Personne n’ose y croire… Même moi malgré toutes nos discussions avec June et Christina. J’ai maintenant un mauvais pressentiment. Que se cache-t-il derrière cette annonce ? Que vont-ils nous demander ? Je me tourne vers June mais celle-ci ne me prête aucune attention. Le visage impassible, elle observe attentivement le visage de Jo et de Christina. Cette dernière est livide et broie la main de Jo, debout à côté d’elle, bouche bée. 

      Shaya attend un peu, le temps de nous laisser digérer cette information, avant d’enchaîner d’une voix douce : 

    -Nous nous en sommes rendu compte il y a très très longtemps mais lorsque nous avons voulu y retourner, nous nous sommes fait repousser par une population étrangère qui avait réinvesti la Surface avant nous. Depuis, nous menons une guerre sans merci contre eux. Nous voulons sortir d’ici mais eux veulent nous tuer jusqu’au dernier. 

    Je reste interdite, sourcils froncés. Cette histoire n’a aucun sens, aucune logique. Déjà, d’où vient cette fameuse population ? Ensuite, pourquoi veulent-ils nous tuer comme ça ? J’ai le sentiment que Shaya ne nous dit pas toute la vérité. 

      Mon frère s’avance à ses côtés et prend alors le relais. 

    -Jusqu’ici, nous avions toujours réussi à les maintenir en arrière et à contrer leurs offensives mais depuis quelques mois, leur armée s’agrandit et à présent, elle nous surpasse. Ils ont réussi à atteindre le périmètre qui s’étend au dessus de notre ville malgré toutes les sécurités que nous avions mises en place. Ce qui s’est passé il y a quelques mois n’était pas un tremblement de terre mais l’explosion de bombes.  

    Il s’interrompt et Shaya reprend la parole. 

    -C’est pourquoi, dit-elle d’une voix douce, le Gouvernement a décidé d’envoyer un maximum de militaires au combat… Donc nous vous avons préparés du mieux que nous pouvions mais il vous manquera de la technique et de l’expérience que vous ne pouvez gagner qu’en années d’entraînement… Je suis désolée. Nous avons fait tout ce qui était en notre pouvoir pour dissuader le Gouvernement d’envoyer des militaires si jeunes et peu formés que vous mais nous ne pouvons pas nous opposer aux décisions que prennent les autorités. 

      Une vague de panique se répand immédiatement parmi la foule. Des protestations fusent en tous sens, des cris, des pleurs, des murmures indignés mais personne ne bouge. Nous sommes tous assommés par cette terrible nouvelle. On va nous envoyer à la guerre. Pire, la guerre de la Surface, la plus dangereuse et la plus meurtrière de notre siècle d’après ce que disent nos instructeurs. Mon cœur sombre douloureusement dans ma poitrine. 

      Jeck s’avance et tente de calmer le tumulte d’un geste de la main. 

    -Silence s’il vous plait. Je sais que cette annonce vous fait un choc et nous en sommes sincèrement navrés, comme vous l’a dit Shaya, nous avons fait tout ce qui était en notre pouvoir. Des cours intensifs de tir, de sport, de combat, de logique, de médecine du combat… Nous ne pouvions rien faire de plus. Alors afin de continuer à vous aider, d’essayer de vous préparer au mieux à tout cela, comme le Gouvernement vous laisse encore une semaine ici, nous vous avons préparé différents ateliers pour vous laisser revoir certaines choses et en apprendre de nouvelles. A la fin de la semaine, vous pourrez dire au revoir à votre famille, ils vont savoir que vous partez à la guerre mais pensent que c’est pour une guerre de tunnels. Personne parmi les civils n’est au courant que la Surface est ré-habitable. Lorsque vous serez remontés, vous aurez un jour d’adaptation, il serait en effet préférable que vous ne vous arrêtiez pas au milieu du champ de bataille parce que vous avez vu un nuage. 

    Il rit, d’un rire forcé, comme pour essayer de détendre l’atmosphère mais le lourd silence qui s’est abattu sur nous dure encore et encore. Mon frère reprend la parole. 

    -Vous partirez lundi par aérodrône.  

    Il nous souhaite bonne chance et sort de la pièce. Shaya, les larmes aux yeux, essaie de dire quelque chose mais elle a visiblement la gorge trop serrée. Elle sort donc à son tour sans rien ajouter. 

    -Bien… Alors vous êtes libres de faire ce que vous voulez pendant cette semaine. Vous pouvez participer aux ateliers ou ne rien faire. Personnellement, je vous recommande la première option. 

    Il sort également, nous laissant seuls dans la salle. Assommés, abasourdis. 


     


  • Commentaires

    1
    Dimanche 15 Avril à 03:12

    Combat en surface avec des débutants apeurés ? Ça promet Amy ! Entrainement de furax pendant une semaine encore ! Et après, ça fight !!

    Merci pour ce 16ème chapitre Amy... à Samedi prochain !

      • Mercredi 18 Avril à 18:43

        Eh oui ! Après cette petite vie tranquille et fort sympathique, il fallait bien un peu (nan... en fait, beaucoup !) d'action ! Aller go go go !!!

        Merci d'être toujours là au rendez-vous, t'es top !

        A samedi pro (j'espère que ça va te plaire, n'hésite surtout pas à me dire si ça part un peu trop en cacahuète, j'ai tendance à me lâcher un peu trop quand je veux mettre de l'action etc ^^')

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :