• Chapitre 20

      Je suis réveillée par Jo qui m’appelle en me tapotant l’épaule.

    -Nous arrivons dans dix minutes ! chuchote-t-il

    -D’accord, merci. Le vol a duré combien de temps ? je demande en m’étirant les jambes

    -Environ deux heures, je dirai…

    Je le remercie et il retourne à sa conversation avec Mayson. Impossible de les faire taire ces deux là ! A côté de moi, June s’étire également en baillant et Christina me sourit. Cette dernière me demande si j’ai bien dormi et j’acquiesce. La pauvre, elle a dû s’ennuyer pendant que June et moi dormions… Je regarde partout autour de moi et constate que nombre d’entre nous émergent du sommeil. Le visage des gardes reste impassible, comme toujours. A croire qu’ils sont plus proches du robot que de l’humain. Je hausse les sourcils puis détourne le regard pour chercher Amar lorsque la voix robotique se fait de nouveau entendre.

    -Nous amorçons la descente de l’atterrissage.

    Aussitôt, je sens l’aérodrône perdre de la vitesse. Une boule se forme dans mon ventre mais l’engin semble descendre tout droit, comme un ascenseur. Ses pattes se déplient et il se pose en douceur sur le sol, rebondissant légèrement sur ses amortis.

    -Atterrissage terminé.

    Le bruit de moteur s’interrompt. Avec une légère pression, les harnais remontent et se bloquent à leur position initiale. La trappe s’ouvre et la pente se déplie à nouveau. Nous nous levons dans le calme et attendons en file indienne pour sortir de manière  organisée. Je remarque alors que les gardes ont mis des casques et des gilets pare-balles. Ils nous encadrent, mitraillette en main, et guident notre sortie. Lorsque nous sortons, on nous distribue des casques et des gilets identiques aux leurs mais de couleur sable, assortie à nos uniformes.

      Une fois que tous les novices sont dehors, quelques gardes remontent dans l’aérodrône et celui-ci décolle à nouveau pour repartir, disparaissant dans le ciel. Oh mon dieu… Soudain je réalise… Le ciel ! Une infinie étendue bleue parsemée de nuages blancs semblables à du coton. Et là, juste derrière les arbres, c’est…

    -Le soleil ! murmure Christina, subjuguée

    Elle aussi a les yeux rivée sur le ciel. D’ailleurs, c’est le cas pour tout le monde. Nous sommes littéralement fascinés par cela, ce n’est clairement pas la même chose de voir ça en photo aux ateliers et en vrai. Je ne saurai pas comment décrire les sensations qui m’envahissent, c’est tout simplement incroyable ! Le monde me paraît plus grand, infini, sans limite… Une impression de liberté totale.

    -Bien ! s’exclame Jeck en frappant dans ses mains, nous tirant de notre rêverie. Il faut qu’on bouge et rapidement. Nous devons rejoindre le camp.

    Je détourne les yeux et me rend compte que la quasi-totalité des gardes est repartie dans l’aérodrône, il n’en reste plus qu’une poignée qui nous accompagne. Cette fois, c’est Jeck qui nous guide. Il nous mène jusqu’à un regroupement de grandes tentes (également couleur sable !). Un peu plus loin, derrière un rocher ocre, il y a un bâtiment qui ressemble à un bloc de béton.

    -Ca, explique Jeck en nous le montrant, c’est l’infirmerie. Comme on manque de place, seuls les blessés et les infirmières sont autorisés à y aller, sauf si vous avez une autorisation spéciale. Pour en avoir une, adressez-vous à vos supérieurs. (Il se tourne vers les tentes) Ici, c’est là où on dort, mange, où on se repose d’une manière générale. Mais ces deux là, avec l’insigne cousu sur la « porte » sont celles où sont rassemblés tous nos plans et où se tiennent les réunions. Si vous voulez proposer quoi que se soit ou poser une question quelconque, vous pouvez venir ici mais vous avez interdiction d’y entrer s’il n’y a personne.

    Il continue ainsi de nous expliquer le fonctionnement du camp et nous parle un peu des combats. Je me demande comment il sait tout ça alors qu’il était sous terre, à nous donner des cours, toute l’année. Il termine sa très longue explication sur quelques phrases un peu maladroites.

    -Je vais vous laisser maintenant. Je vous souhaite une bonne adaptation. Rappelez-vous surtout que le périmètre est très bien protégé et que vous avez l’interdiction formelle d’en sortir.

    Il s’éloigne ensuite en direction d’une des deux fameuses tentes pour s’entretenir avec ses collègues. Je crois apercevoir mon père à l’entrée de celle où Jeck s’engouffre. Mon père… Cela fait des mois que je ne l’ai pas vu ! Je sens mon cœur faire un bond dans ma poitrine. J’aimerai tellement aller le voir maintenant… Mais il travaille, il ne faut surtout pas que je le dérange. J’envie tout de même mon frère qui doit sûrement être avec lui et Jeck. J’irai le voir ce soir… Oui, j’irai voir mon père dès ce soir.

    ***

      La chaleur est étouffante. Je ne pensais pas qu’il pouvait faire aussi chaud, surtout à la Surface… Nous avons fini par tous enlever nos gilets et nos casques tant nous avions chaud. Après tout, nous sommes au camp, pas dans une zone de combat, nous ne risquons rien. J’ai passé la journée en compagnie des autres novices, à découvrir ce tout nouvel environnement. Hormis le ciel et le vent, je n’ai pas trop de mal à m’habituer à cet endroit. Tout ressemble tellement à notre cité souterraine… Je me rends compte que le but de la société de reproduire à l’identique la nature sous terre est vraiment réussi. C’est incroyable. En observant tout ce qui m’entoure, j’ai vite compris pourquoi tous les tissus avaient la couleur du sable : le sol n’est que poussière et possède très exactement cette couleur.

      Avec l’arrivée du soir, l’air se rafraichit agréablement, retrouvant une température bien plus proche de celle que nous avions sous terre. Délaissant les autres à l’heure du repas, je pars à la recherche de mon père à travers tout le camp. Je finis enfin par le trouver. Il est en grande conversation avec Amar. Une conversation visiblement très sérieuse. Je m’approche doucement, hésitant à les déranger, mais il perçoit mon mouvement du coin de l’œil et tourne la tête vers moi.

    -Amy ! s’exclame-t-il

    -Papa !

    Je me jette dans ses bras. Il me caresse tendrement les cheveux, le menton posé sur ma tête. Nous finissons par nous détacher et il nous fixe, Amar et moi, avec une expression étrange, comme partagé entre la joie, la tristesse et l’inquiétude.

    -Mes enfants… Ici…

    Il soupire d’un air las.

    -Amar est instructeur et toi, tu n’es qu’une novice… Pourtant, vous êtes là, à la Surface. Vous m’avez manqué, bien sur, mais j’aurai sincèrement préféré vous revoir dans d’autres circonstances. Et… Votre mère ? Comment va-t-elle ? Comment prend-elle tout ça ?

    -Elle nous a demandé de te dire qu’elle t’aime… dis-je malgré ma gorge nouée

    -Je lui ai promis de veiller sur Amy et de faire attention à moi pour ne pas qu’elle se fasse trop de soucis, ajoute Amar

    Mon père hoche la tête en fermant les yeux.

    -Saleté de guerre… murmure-t-il

    Ma gorge se noue un peu plus mais j’essaie de maîtriser l’expression de mon visage. Je ne veux pas lui montrer que je suis morte de peur.

      Je passe donc le reste de la soirée avec eux. Parlant et riant même par moments. Enfin revoir mon père me réconforte et efface un peu mon angoisse mais dès que je les quitte Amar et lui pour rejoindre la tente où je dors avec une partie des novices, cette terrible émotion revient au grand galop me frapper à l’estomac. Lorsque je m’installe dans ma couchette, je ne parviens pas à trouver le sommeil. La boule qui m’oppresse le ventre m’en empêche. L’angoisse me submerge toute entière.

      Demain… Demain, je pars au front. Demain, je vais combattre. Demain, je vais peut-être mourir.

     


  • Commentaires

    1
    Mercredi 16 Mai à 08:22

    Attention... première critique négative... rien de méchant, j'te rassure ! La chapitre est très bon... rien à dire la dessus... c'est sur la description de ce nouvel environnement que je suis resté sur ma faim... J'attendais plus de détails... même si je me suis fait ma propre idée ! Sinon... comme d'hab... c'est nickel ^^

      • Mercredi 16 Mai à 17:29

        Aïe aïe !! Point faible repéré ! *la description* :/

        Quand je réécrirai je modifierai ça !!

        Dacc merci t'es adorable ! ♥

    2
    Vendredi 18 Mai à 20:19

    Nan nan nan ! Tu n'y est pas ^^ Ta description est bonne... elle manque juste de détail à mes yeux ! Mais à mes yeux, ça veut pas dire grand chose... ce n'est que mon avis !

    Bonne soirée Miss Amy

      • Samedi 19 Mai à 10:30

        Mais nan t'en fais pas, je sais que les descriptions sont mon point faible, d'autres gens me l'ont dit sur wattpad ;) Mais aucun problème, je veux m'améliorer alors c'est génial d'avoir votre avis !!

        De toute façon, dès que j'ai fini le tome 1, je veux faire une réécriture alors il faut que j'en sache un maximum sur vos attentes pour faire un truc nickel :3

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :